{ AjaxMadeSimple }

L'abattage rituel

immobilisation de l'animal - abattage rituel
1 | L’animal est immobilisé individuellement.
Les ruminants sont généralement retournés sur le coté ou sur le dos.
égorgement de l'animal - abattage rituel
2 |L’animal est égorgé : on lui sectionne la peau, les muscles, la trachée, l’œsophage et les vaisseaux sanguins.
En l’absence d’étourdissement, l’animal est égorgé à vif, en pleine conscience.

72% des français désapprouvent la dérogation permettant de ne pas étourdir les animaux (1).

Sondage-ifop-abattage-rituel télécharger le pdf

En France, 80% des agneaux et des moutons sont tués sans étourdissement préalable (source : Direction Générale de la Santé et des Consommateurs (DG SANCO), direction de la Commission européenne)

FVE-Newsletter-page5 télécharger le pdf

FVE-Newsletter-page5 - version française télécharger le pdf

La qualité de la viande et la sécurité sanitaire

La pratique de l’abattage rituel constitue également une importante dérogation aux règles relatives à l’hygiène alimentaire.

La réglementation prévoit que « la tranchée et l’œsophage doivent rester intact lors de la saignée, sauf s’il s’agit d’un abattage selon un rite religieux ».

abattage rituelOr, l’impossibilité matérielle de ligaturer l’œsophage d’animaux qui ont été égorgés peut nuire gravement à la salubrité des viandes.

Avec l’abattage rituel, il y a donc un danger potentiel pour la santé humaine, tout particulièrement pour les enfants, les personnes âgées et les populations immunodéprimées.

« Des pratiques liées à la mise en œuvre du rituel d’abattage peuvent avoir des conséquences en termes de salubrité et de sécurité des carcasses. Nous pouvons citer à ce titre le tranchage de la trachée et de l’œsophage qui peut provoquer le déversement du contenu gastrique (voire pulmonaire) sur les viandes de têtes, de gorge et de poitrine. La pratique de la betiqua (inspection dans le rituel casher) peut avoir deux inconvénients majeurs : lorsque la betiqua est réalisée sur des carcasses au sol, la peau de l’animal peut être souillée. Ensuite, on note que la boutonnière réalisée en vue de l’inspection des viscères peut provoquer une fragilisation des attaches des viscères et un risque accru d’éviscération ratée avec souillure de la carcasse ». Pascale DUNOYER, Chef du bureau des établissements d’abattage à la Direction Générale de l’Alimentation, « La réglementation applicable dans le domaine de l’abattage rituel », in Bulletin de l’Académie Vétérinaire de France — 2008 - Tome 161 - N°4.



>> Voir l'abattage conventionnel


(1) Sondage IFOP « Les Français et l'étourdissement des animaux avant leur abattage », réalisé du 8 au 10 décembre 2009 sur un échantillon de 1015 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.