{ AjaxMadeSimple }

Et vous...?

Les consommateurs ne sont pas informés du mode d'abattage des animaux.

Dans le cadre de certains abattages rituels, les parties arrière des animaux ne sont pas consommées. De même, après inspection de la carcasse par le sacrificateur, il se peut que l’animal soit refusé en entier.

Dès lors, que devient cette viande provenant d’animaux égorgés sans étourdissement préalable ?

Elle est dirigée vers les circuits « classiques » et approvisionne boucheries, hypermarchés et restaurants sans aucune information pour le consommateur.

Les associations de consommateurs dénoncent l’absence de traçabilité des viandes « rituelles »

L’association de consommateur Que Choisir, qui consacre un dossier de 4 pages à l’abattage rituel dans son numéro de février 2012, dénonce l’absence de traçabilité des viandes commercialisées et la tromperie des consommateurs. Alors qu’ils n’ont jamais franchi la porte d’une boucherie halal ou casher, de nombreux consommateurs mangent à leur insu de la viande « rituelle ».

Dossier Que Choisir (février 2012) télécharger le pdf

Les autorités, pleinement informées, ferment les yeux !

Le rapport COPERCI précisait déjà, en 2005, qu’une part « non négligeable de la viande abattue rituellement est vendue dans le circuit classique, sans mention particulière ». Une enquête menée en 2005 par les Directions départementales des services vétérinaires de Basse et Haute-Normandie, faisait ressortir des proportions très élevées : selon les abattoirs, jusqu’à 60 % de la viande abattue selon le rite musulman et plus de 70 % de la viande abattue selon le rite israélite se retrouveraient ainsi dans le circuit classique, à l’insu des consommateurs !

Proportion_rituel télécharger le pdf

Rapport CGAEER télécharger le pdf

Concrètement, il faut abattre trois animaux selon le rite religieux pour obtenir un animal qui sera effectivement dirigé vers les circuits de distribution des communautés religieuses juives et musulmanes. Les deux autres animaux abattus rituellement seront consommés par l’ensemble des consommateurs, toutes confessions confondues.

Enquete_rituel_commission télécharger le pdf

En France, 80% des agneaux et des moutons sont tués sans étourdissement préalable (source : Direction Générale de la Santé et des Consommateurs (DG SANCO), direction de la Commission européenne)

FVE-Newsletter-page5 télécharger le pdf

FVE-Newsletter-page5 - version française télécharger le pdf

« Il est indéniable que la proportion atteinte par les mises à mort sans pré-étourdissement traduit un détournement de l’esprit des textes sur la protection animale » (p. 33).
« Les nécessités économiques auxquelles sont soumis les abatteurs font qu’une partie de la viande abattue rituellement, le plus souvent sans étourdissement pré-mortem, est consommée par des non musulmans, en général à leur insu. Cette situation pourrait rapidement être source de difficultés, au fur et à mesure que les associations de protection animale, relayées par celles de défense des consommateurs, gagneront en audience » (p. 54).

Enquête sur le champ du Halal, Comité permanent de coordination des inspections : Inspection générale de l’Administration, Inspection générale de l’Agriculture et Conseil général vétérinaire, septembre 2005.

Cette absence d’information du consommateur « non religieux » était confirmée en décembre 2009 par le ministre de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche. Dans une réponse parlementaire, il déclarait : « il n'est pas interdit que des professionnels mettent sur le marché des viandes obtenues à partir d'animaux abattus sans étourdissement, selon un rituel religieux reconnu et réalisé conformément aux dispositions réglementaires et ce sans faire mention du mode d'abattage de ces animaux. En effet, certaines parties de la carcasse de ces animaux, voire la totalité de la carcasse, peuvent être mises dans le circuit traditionnel pour des raisons religieuses ou commerciales lorsque l'offre de certains morceaux de viande halal ou casher est supérieure à la demande ».

Reponse_parlementaire_etiquetage télécharger le pdf

Le Gouvernement ne semble pas vouloir remédier à cette absence d’étiquetage informatif qui constitue une grave violation de l’exercice de la liberté de conscience de nos concitoyens, garantie par les dispositions de l’article 9-2 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales. En effet, le 6 septembre 2010, le ministre de l’Intérieur déclarait publiquement vouloir s’opposer à toute réglementation européenne imposant l’étiquetage du mode d’abattage de la viande commercialisée.

Un étiquetage réclamé par tous

Les députés européens, le 16 juin 2010, dans le cadre de la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil relative à l'information des consommateurs sur les denrées alimentaires, ont exigé que la viande commercialisée mentionne le mode d’abattage de l’animal (avec ou sans étourdissement).

84 % des vétérinaires sont favorables à un étiquetage mentionnant le mode d’abattage des animaux (Semaine Vétérinaire, 3 décembre 2010).

Un tel étiquetage est d’ailleurs réclamé par la profession vétérinaire et de nombreux parlementaires français.

« Considérant que cette dérogation à l’étourdissement encadrée par des textes communautaires tend à devenir une règle générale en France, comme le souligne la Commission européenne qui précise que « le nombre d’animaux abattus selon un rite religieux dépasse très largement les besoins intérieurs des minorités religieuses concernées » ;
Considérant le manque d’information des consommateurs sur les méthodes d’abattage des animaux dont ils peuvent consommer la viande ; Les vétérinaires demandent : […] Un étiquetage informatif clair des consommateurs pour identifier la viande provenant d’animaux abattus sans étourdissement ».

Extrait de la Motion adoptée par l’assemblée des délégués lors du Congrès du Syndicat National des Vétérinaires d’Exercice Libéral à Bordeaux, le 15 octobre 2010.

Veterinaire_etourdissement2010 télécharger le pdf

 

« Après l’article L. 112-11 du code de la consommation, il est inséré un article L. 112-12 ainsi rédigé : Art. L. 112-12. – L’étiquetage des denrées alimentaires à base de viande, que celles-ci soient préemballées, ou, à défaut, fassent l’objet d’un affichage en rayon, comporte obligatoirement, selon qu’elles respectent la directive européenne 93/119/CE du 22 décembre 1993 ou bénéficient d’une dérogation par les autorités compétentes, soit la mention :
« Viande provenant d’animaux abattus après étourdissement » soit la mention : « Viande provenant d’animaux abattus sans étourdissement ».

Article 3 de la proposition de loi n° 711 visant à limiter la production de viande provenant d’animaux abattus sans étourdissement aux strictes nécessités prévues par la réglementation européenne, déposée par M. Nicolas About et enregistrée à la présidence du Sénat, le 15 septembre 2010.

Proposition_loi_senat_sept2010 télécharger le pdf

 

« Les raisons de cette généralisation de l'abattage sans étourdissement préalable sont essentiellement économiques. Elle permet aux abattoirs d'accéder à de nouveaux marchés, ceux de la viande casher et halal, de plus en plus lucratifs, tout en écoulant les invendus sur le marché classique. Or cet écoulement se fait sans étiquetage particulier. Il résulte de ce phénomène un défaut d'information du consommateur qui peut, dès lors, se retrouver à consommer sans le savoir ni le vouloir des viandes abattues selon certains rites. C'est pourquoi il lui demande de préciser les mesures concrètes qui pourraient être prises afin de trouver un équilibre entre un esprit de tolérance vis-à-vis des pratiques religieuses et la nécessaire information du consommateur. »
Extrait de la question écrite déposée par M. le député Marc Le Fur à Monsieur le ministre de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche, enregistrée sous le n° 90782 et publiée au JOAN du 19 octobre 2010.